Patrick bruel - Des souvenirs devant
 
Les temps changent
 

17/04/2006



Une petite guitare nous accueille. Une voix plus mûre au timbre pourtant connu suit. Une batterie douce se lève avant d’être rejointe par quelques notes de piano. Un texte sur l’imagination, le manque de chance et l’amour. Il s’agit de « je fais semblant » premier titre de " Souvenirs devant " dernier album de Patrick Bruel.

La plongée dans des souvenirs positifs se poursuit grâce à l’excellentissime " j’m ‘attendais pas à toi" dont une envolée au piano annonce la fin autant qu’elle porte notre enthousiasme et notre esprit.

Un regard sur la vie

Des textes adultes, personnels, abordant la beauté et la simplicité de l’amour mais aussi les turpitudes de l’artiste qui s’appliqueraient aussi aux journalistes ou à l’ambiance régnant dans notre beau pays de déprimés « le bonheur c’est chouette mais comment ça s’écrit ».
N’oublions pas non plus la ficelle certes habituelle du regard innocent de l’enfant avec ses questions réthoriques sur le monde. L’innocence qui jette une vision crue sur le monde. Notre monde.

J'ai enfin été particulièrement touché par le brillant "adieu". Un regard sur les terrorismes au nom de Dieu. Une saisie de plusieurs instants de vie, de Madrid à New York. Une vie de poussière.

Je ne suis pas un fan de Patrick Bruel. Loin de là. Mais la force de ses textes, la beauté mêlée du piano et de la guitare m’a conquis.
Pour moi, Patrick sort de sa chrysalide d’artiste ado pour amorcer son entrée au Panthéon des grands auteurs Français, à l’image d’un Brassens ou d’un Goldmann.
.::Jean
©Chroniscope : 2000-2018
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales