Un film de James McTeigue
Durée 2h10

Avec
Natalie Portman (Evey Hammond)
Natalie Portman (V / William Rookwood)
Stephen FrySutler (Gordon Deitrich)
John Hurt (John Hurt)
Roger Allam (Prothero)

Scénario Andy Wachowski et Larry Wachowski
Musique Dario Marianelli
Distribution Warner Bros. France




 

V comme vendetta
 
 

03/05/2006
J’ai accroché sur ce film comme je ne l’avais pas fait depuis bien longtemps. Le fond et la forme sont simplement brillants ! Cela prouve encore à quel point les comics recèlent de sacrées pépites, et aussi que les frères Wachowski (créateurs de Matrix), qu’on attendait au tournant, n’ont pas perdu leur âme.

Grande Bretagne totalitaire

Nous sommes à Londres, dans une Grande-Bretagne qui est dirigé par un gouvernement de type totalitaire, suite à une dérive sécuritaire fondée sur l’exploitation de la peur et la manipulation des médias. Cette facette du scénario est d’ailleurs clairement copiée sur les mouvements politiques actuels, et sur la manière dont la peur est devenue l’outil de propagande bénie des dirigeants.

Digression

Bref, du Sarkozy poussé à son paroxysme et à qui on a laissé quelques années et un pouvoir grandissant. D’ailleurs je vous ai dit que j’avais rêvé un jour de Sarkozy et que c’était le scénario de « Dead Zone » ? Moi j’étais Christopher Walken et j’avais des visions de Sarko en dictateur pas sympa, qui faisait notamment la chasse aux pédés. Brrrr, ça fait froid dans le dos, mais c’est vraiment ce à quoi me fait penser ce type. *fin de la digression*

Parents activistes

Evey Hammond, dont les parents étaient activistes et sont morts, est sauvée un soir, alors qu’elle se fait agresser par des miliciens pendant un couvre-feu. Son mystérieux sauveur se fait appeler V, et fomente des attentats pour permettre au pays de recouvrer la justice. Il porte un masque qui figure Guy Fawkes, un catholique qui projetait de faire sauter le Parlement anglais et le roi Jacques 1er, le 5 novembre 1605. Il symbolise ainsi le combat de ce justicier contemporain, un super héros doué aux combats et aux couteaux. Evey suit V, tout en n’adhérant pas vraiment à son attitude terroriste.

Nathalie Portman (Evey) est encore une fois parfaite, mais j’ai surtout été bluffé par Hugo Weaving (V) qui est fantastique, malgré ce masque qu’il ne quitte jamais. Il interprète formidablement ce super héros un peu maboule et érudit, dont les discours sont aussi superbes que fantasques. Mais la réalisation est aussi à souligner, car elle n’est vraiment pas anodine et sert admirablement le scénario. L’oppression de cette société hyperfliquée et palpable dans les images, et la manière dont la peur est instillée dans les gens pour mieux en faire des moutons de Panurge est d’une effrayante crédibilité.

Complexité du terrorisme

J’avais pas mal lu dans la presse les polémiques sur la manière dont le terrorisme se posait en justicier ou en libérateur du peuple, et c’est vrai que l’on peut se poser la question. Là-dessus, je crois que le film arrive à garder son sang froid jusqu’au bout, malgré l’approche « super héros » toujours aussi manichéenne. Mais en effet, il met en valeur toute la complexité et l’ambiguïté du sujet.

Outre cela, il s’agit d’un excellent film d’action, avec un côté très divertissant et rythmé, des personnages intéressants et des combats homériques.

Tout pour plaire!

Tout pour plaire ! Mais surtout les idées sous-tendues dans ce scénario m’ont plu et troublé. On est obligé de faire le lien avec notre propre société, avec la manière dont les climats de terreur influencent les élections, et un cynisme politique qui empêche de se fier à quiconque. Donc ce film m’a vraiment touché au cœur et aux tripes. Non seulement il est de très bonne facture, il est un excellent divertissement, il possède ce qu’il faut d’actions, de sentiments, de personnages attachants, mais il donne aussi à réfléchir sur une anticipation de la réalité bien sagace.

NB : Et on y voit aussi une très belle histoire de goudous (goudou powaaaaa !), en plus d’une explicite lutte contre l’homophobie à travers plusieurs personnages (clap, clap, clap !).

.::Matoo
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales