Confidences trop intimes
 
 

16/03/2004
J’ai été très agréablement surpris par ce film. En effet, j’avais un peu peur que ce soit un film trop intimiste et franchouillard, sans intrigue, sans vie. Or c’est tout le contraire, et surtout avec Bonnaire et Luchini qui excellent, et ont l’air de prendre beaucoup de plaisir à endosser ces rôles atypiques.

Sandrine Bonnaire a rendez-vous pour un premier contact avec un psy, et elle se trompe de porte. Elle se rend chez Fabrice Luchini qui est conseiller fiscal et qui ne comprend pas tout de suite le malentendu, et ensuite n’ose (ne veut) plus lui dire la vérité. En fait, ce quiproquo est l’objet de scènes très drôles, et qui dynamise complètement le récit, qui à la base est plutôt lent. On y trouve aussi une liste de poncifs assez désopilante sur les psys (avec Michel Duchaussoy en maître-psy que j’aime beaucoup), et au global l’histoire se tient.

Je n’ai pas trouvé la réalisation extraordinaire, mais quelques effets de caméras, l’importance de la porte et du mobilier et un vrai style cinématographique rappellent que Patrice Leconte en est le metteur en scène. Par contre, la fin part un peu à vau-l’eau, vraiment, il a eu du mal à terminer son histoire, alors qu’une ellipse, je pense, aurait été plus idoine et naturelle.

.::Matoo
©Chroniscope : 2000-2019
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales