Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Larry Clark
Durée 1h46
Sortie en France 05/04/2006

Avec
Jonathan Velasquez (Jonathan)
Francisco Pedrasa (Kiko)
Milton Velasquez (Spermball)
Yunior Usualdo Panameno (Porky)
Eddie Velasquez (Eddie)

Scénario Larry Clark
Musique Steve McCroskey
Distribution Ad vitam





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Wassup Rockers
 
A voir !
 

28/04/2006
voir les images
Deux ans après Ken Park, Larry Clark revient avec ses tranches de vie de la jeunesse américaine. Une bande de sept latinos de 13-15 ans, fans de skate-board et en jeans super-moulants (ça fait pédale, les blacks du quartier n'aiment pas...), vivotent au jour le jour dans la misère du ghetto latino de Los Angeles. Et quand ils s'autorisent une virée à Beverly Hills, le choc des cultures est assez cocasse.

Une vraie vie mélange des genres

Larry Clark semble bien aimer le mélange des genres. Ce Wassup Rockers démarre comme un documentaire, une caméra dans l'aquarium latino de South Central, une caméra qui s'impose entre le spectateur et l'acteur, et ça dure longtemps comme ça. La réalité, au naturel. Puis parfois, ça dérape en fiction, en aventures, comme si la réalité s'offrait aussi une respiration fictionnelle. On introduit (consciemment) du cliché (les pétasses bourges de Beverly Hills), l'opinion politique du réalisateur (un clone de Charlton Heston et son arme à feu), du burlesque (vous verrez), et du triste. La vraie vie est-elle aussi un mélange des genres? Le réalisateur m'a donné l'impression de penser ça.

Visions sensuelles

Et ce mélange pas facile à représenter est très réussi. On l'amplifie avec une musique réactive qui explose au quart de tour, on sert le tout avec une caméra inquisitrice, qui décape pour mieux révéler. Mais aussi une caméra qui gêne un peu. Les pulsions du réalisateur pour les jeunes corps sont à peine masquées, tout juste moins sexuelles (mais plus sensuelles en fait) que dans Ken Park. C'est réussi, mais ça gêne... Et ça m'aide beaucoup à cerner la marque de fabrique de Larry Clark.

Bien plus abordable que Ken Park, donc, très esthétique, un mélange des genres vraiment bon, mais un chouïa malsain. Il n'y a pas d'esprit fragile qui lit mon blog, je crois, donc film à voir!


.::Oli blog
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites